La mutualisation et l’économie de la fonctionnalité

Soutenues par la révolution numérique, elles représentent de nouveaux modes de faire et de vie porteuses, a priori, de réduction de l’empreinte environnementale des bâtiments, d’une répartition différente des coûts et d’amélioration de la qualité de vie.

Il est donc important de soutenir cet axe d’innovation en :
– identifiant, à partir des pratiques, ce qui est  « partageable », dans quel cadre juridique et avec quel modèle économique associé,
– portant à connaissance les barrières que pourraient rencontrer les acteurs et en formulant des propositions à porter auprès des pouvoirs publics notamment.

Différentes échelles d’applications sont à traiter :
– dans une approche territoriale, celle du bâtiment ou du quartier,
– dans une approche société ou collectivité, celle du patrimoine immobilier.

Ce sujet étant « nouveaux » et de l’ordre du « moyen », et la finalité étant du domaine du service rendu, son coût ou son empreinte environnementale, il n’est pas proposé à ce stade de travailler à la définition d’indicateurs. Ses bénéfices ont vocation a être évalués par les différents indicateurs développés au sein d’HQE Performance

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.
Ok